Bienvenue sur le site Kibanyiguinee.info => Pour Vos Annonces & publicités contactez nous au 664-41-12-19/622-20-95-90 ou envoyer un Email à samkibanyiguinee@gmail.com Merci

Guinée : tenue d’un forum sur les violences sur le genre

le 19/09/2017 à 16h38

Un forum initié par le Réseau des femmes Africaines ministres et parlementaires de Guinée (REFAMP/G) et la Coalition des femmes et filles de Guinée pour la consolidation de la paix, en partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour la population et le développement (UNFPA), s’est tenu, lundi 18 septembre 2017, à Conakry pour parler des violences basées sur le genre.

La rencontre a mobilisé membres du gouvernement, partenaires, organisations des femmes et des représentants de la société civile. Tous ont déploré la recrudescence du phénomène des violences sur le genre en Guinée.

Docteur Makalé Traoré, présidente du Réseau des femmes Africaines ministres et parlementaires de Guinée, prenant la parole, a indiqué que malgré les efforts des organisations féminines de lutte contre les violences faites sur les femmes, ces pratiques restent une préoccupation majeure en Guinée.

    « Les violences basées sur le genre prennent des proportions inhumaines en République de Guinée. Depuis 30 ans, les organisations intervenant en la matière se mobilisent contre ces pratiques néfastes pour la vie et la santé des femmes et des enfants. Mais aujourd’hui encore dans notre pays, un pays où 95% de la population est croyante, les femmes sont battues, violées, les filles sont violentées et les bébés sont violés » déplore-t-elle.

Mais, regrette-t-elle, ‘’la situation n’évolue pas ». Selon elle, l’objectif de ce forum vise à mettre le doigt sur ce qui ne va pas et comment faire en sorte que les choses évoluent.

« Une démarche innovante pour que nos filles soient sauvées ou protégées’’ se réjouit Madame Makalé Traoré.

En se basant sur les résultats de l’enquête nationale sur les violences basées sur le genre au compte de l’année 2016,  le représentant résidant du Fonds des Nations Unies pour la Population et le Développement (UNFPA), Cheik Fall, dira que ce forum est une ‘’occasion d’attirer l’attention non seulement l’opinion publique sur la pratique, mais aussi vise à renforcer la solidarité entre les organisations intervenant en matière de lutte contre les VBG afin de réussir le combat contre les violences faites aux femmes et aux filles en Guinée’’.

    « Cette initiative de mobilisation nationale et locale vise à mettre fin à la violence contre les femmes et les filles par le biais de la plateforme ‘’Case de Veille’’  afin d’établir des mécanismes d’alerte précoce et de réponse rapide face aux VBG. Elle vise une plus grande mobilisation des intervenants pour lutter contre ce phénomène afin d’insuffler une nouvelle dynamique dans la lutte contre les VBG » annonce Cheik Fall, déplorant de passage, ‘’l’impunité qui accompagne ces pratiques néfastes’’.

« L’impunité fait que ce sont les victimes qui sont actuellement punies, car elles sont obligées de vivre dans la honte et la stigmatisation au moment où les auteurs circulent en toute quiétude », déplore-t-il.

Pour sa part, la ministre de l’Action Sociale, Hadja Mariam Sylla fonde son espoir sur les enseignements qui seront issus de ce présent forum pour freiner les violences faites sur les femmes et filles en Guinée.

    « Nous attendons beaucoup de ce forum pour pouvoir définir d’autres initiatives novatrices et pertinentes par rapport à la lutte basée sur le genre. Depuis plus de 10 ans, nous avons engagé cette lutte dans notre pays. Beaucoup d’actes ont été enregistrés mais les résultats des études montrent toujours qu’il y a des violences dans notre pays, alors que c’est un Etat qui a ratifié toutes les conventions qui protègent et qui font la promotion des droits de la femme et de l’homme (….). Nous attendons la proposition de l’opinion nationale pour pouvoir engager notre défense » a souhaité la ministre de l’Action sociale.

Présent à la rencontre, le ministre de la justice, Garde des sceaux, Maitre Ckeick Sako a défini les violences sur le genre comme étant ‘’ l’ensemble de comportements et des gestes agressifs brusques et parfois répétés dirigés contre les femmes et qui peuvent prendre différentes formes’’.

En exemple, Maitre Sako cite entre autres ‘’les violences physiques, verbales, morales, sexuelles, insultes, chantages, menaces, ou encore l’humiliation’’.

    « C’est pour prendre activement part à la lutte contre ces formes de violences basées sur le genre que le gouvernement a prévu la révision de la législation pénale. C’est ainsi le code pénal qui vient d’être adopté (octobre 2016) incrimine les mutilations génitales et les différents harcèlements sexuels et moraux afin de favoriser l’épanouissement de la protection de la femme au regard de la convention sur l’élimination sur toutes les formes de discrimination des femmes » assure le Garde des Sceaux guinéen.

Kibanyiguinee.com

[Retour] Partager

Copyright © 2012 Kibanyiguinee.com, droits de reproduction réservés | by 4days