Hadj 2022 : le SGAR sur les dispositions prises et annonce que l’État a préfinancé 50% des frais liés aux visas des pèlerins.

Avec l’autorisation des autorités saoudiennes en charge du pèlerinage de permettre le hadj sur son territoire, le secrétariat général des affaires religieuses (SGAR) était devant la presse ce samedi 28 mai,  pour annoncer à la population guinéenne les dispositions relatives à l’accomplissement cette année du 5ème pilier de l’islam.

Cette année, un quota de 4 527 pèlerins a été attribué à la Guinée par les autorités saoudiennes en charge du pèlerinage sur 1 000 000 de personnes à travers le monde. Sur ce quota, 2527 candidats sont affectés aux agences privées de voyage et 2 000 candidats au SGAR.

Après 2 ans d’absence aux lieux saints de l’islam pour raison de COVID-19 le SGAR indique que l’État guinéen a pris toutes les dispositions nécessaires pour la réussite du pèlerinage. Une commission interministérielle a été mise en place pour mieux coordonner le hadj. Cette commission en plus du secrétariat général des affaires religieuses est composée du ministère de la santé, du ministère de la sécurité et du ministère des affaires étrangères et des guinéens de l’étranger. Chaque membre a un rôle précis à jouer durant tout ce processus.

Selon Elhadj Karamo Diawara, ministre secrétaire général des affaires religieuses, l’Etat a préfinancé 50 % des frais liés à l’obtention des visas des pèlerins devant se rendre à la Mecque.

« Le gouvernement, à travers le président de la république, de la transition, soucieux d’une meilleure organisation du pèlerinage cette année a donné l’instruction au premier ministre de débloquer et préfinancer l’ensemble des exigences financières obligatoires et indispensables pour l’obtention des visas. Donc, l’État a préfinancé cette année 50% pour que la Guinée puisse être en possession des visas sans problème. Quand j’introduis à travers le système informatique l’obtention d’un visa, l’ordinateur va demander si le candidat a payé son logement à la Mecque, à Médine, est-ce que le transport au cours de son séjour en Arabie saoudite est payé, est-ce que le prix des tentes à Mina, à Arafat est payé ? Est-ce que les taxes TVA sont payées ? Est-ce que les taxes aéroportuaires sont payées ? C’est l’ensemble de ces sommes là une fois payées pour chaque pèlerin que l’ordinateur permettra d’accéder au visa. Là où je vous parle, nous n’avons aucune somme du Hadj concernant les potentiels pèlerins. Le président de la république a jugé nécessaire de préfinancer ça pour que nous puissions avoir les visas tranquillement et constituer les visas tranquillement », a expliqué avec assurance Elhadj Karamo Diawara, le patron du secrétariat général des affaires religieuses.

El hadj Ibrahima Ousmane Bah, SGA indique les conditions à remplir pour se rendre au pèlerinage de cette année. Ce sont:

  • Etre âgés de moins de 65 ans. Une condition imposée par les autorités saoudiennes, pays d’accueil.

Comme le nombre de candidats qui veulent effectuer le pèlerinage est supérieur au nombre autorisé, nous (SGAR) sommes obligés de donner des autorisations de versement pour ne pas se retrouver avec un nombre qu’on ne pourra pas gérer.

  • Obtenu l’autorisation de versement du secrétariat général des affaires religieuses qui est gratuit
  • Payer le montant du Hadj qui s’élève à 60 millions Gnf à la BCRG (banque centrale de la république de Guinée) et disposé du reçu du versement.
  • Être muni d’un passeport biométrique valide de plus de six mois ou se faire établir un nouveau dès maintenant au centre islamique de Donka.
  • Se faire établir un certificat d’aptitude médical délivré par le CHU de Donka ou l’hôpital national Ignace Deen, dans les hôpitaux régionaux et préfectoraux du pays.
  • Disposer de la carte de vaccination contre la Covid-19 et la fièvre jaune et les équipes sont en place pour cela. Et cette vaccination est gratuite.
  • Apporter six photos sur fond blanc,
  • Photocopie de la carte d’identité nationale
  • Fournir deux numéros de téléphone pour nous permettre de joindre l’intéressé en cas de nécessité pour faciliter la programmation et la formation qui va dès maintenant commencer au niveau des sites désignés par les autorités.
  • Une autre imposition des autorités saoudiennes est le test PCR négatif à 72 heures du départ », a expliqué le secrétaire général adjoint du SGAR.

Représentant du ministère de la Santé au sein de la commission interministérielle le Professeur Naby Moussa Baldé, précise les dispositions prises sur le plan sanitaire pour accompagner les candidats et candidates au Hadj.

« La vaccination est en effet un des éléments importants de la préparation. Et à ce point de vue, on peut distinguer deux groupes. Le premier groupe, c’est la Vaccination contre la Covid-19 et la vaccination contre la fièvre jaune. La vaccination Covid-19 pour ceux des candidats pèlerins qui n’étaient pas vaccinés auparavant, le schéma le plus court, celui qui permet d’avoir un vaccin actif dans un temps minimum, c’est le vaccin Johnson & Johnson. Voilà pourquoi, il nous a été instruit de mettre en place rapidement une vaccination utilisant le vaccin Johnson & Johnson qui demande 28 jours avant le départ. Nous lui avons associé immédiatement la vaccination contre la fièvre jaune qui demande 10 jours avant le départ. Ces deux vaccins ont été déployés sur toute l’étendue du territoire national avec l’appui de nos collègues des affaires religieuses. Tous les candidats au pèlerinage sont invités en urgence à se rapprocher d’une structure sanitaire. Le troisième et dernier vaccin que les pèlerins doivent prendre, c’est le vaccin contre la méningite. Ce vaccin-là n’a pas besoin d’une longue période avant le voyage. Nous avons donc par facilité prévu de le faire dans les jours qui vont précéder le départ pour les candidats déjà inscrits, en le couplant au test PCR parce que la 2ème exigence sanitaire, c’est le test PCR qui doit être négatif. Nous avons aussi instruit nos équipes sur le terrain et mis en place des tests d’aptitude. Nous avons standardisé les documents par lesquels on peut établir pour chaque pèlerin la fiche médicale pour le Hadj et le certificat de visite d’aptitude pour le Hadj 2022. Ceci a été harmonisé avec les équipes et notamment la direction des hôpitaux et transmis à tous les hôpitaux et à tous les médecins qui ont été identifiés pour examiner les pèlerins et déterminer si effectivement ils sont aptes à faire dans de bonnes conditions ce pèlerinage. Nous devons signaler qu’il y a quelques situations d’inaptitude qui ne permettent pas de voyager. Nous avons listé clairement ces situations là pour les collègues qui examinent les pèlerins puissent se prononcer en toute connaissance (…). Tout ce qui est vaccination est gratuit. Ça a été l’objet d’une communication claire avec les services de santé. Le vaccin contre la méningite est aussi gratuit. Ce qui est demandé comme paiement, c’est l’établissement du certificat d’aptitude. Il comprend deux parties. Il y a la prestation du médecin et le remplissage des fiches que nous avons standardisé. Et on a dit, en regardant les années précédentes, la moyenne des prix qui était pratiquée, on est effectivement autour de 70 000 Gnf par pèlerin », a clarifié Professeur Naby Moussa Baldé, chef de service de l’unité de diabétologie de Donka.

A rappeler que pour le quota de 2 000 pèlerins attribué au secrétariat général des affaires religieuses, les inscriptions se font au niveau des communes et préfectures, après obtention de l’autorisation de versement. Les premiers venus seront les premiers à être servis jusqu’à ce qu’on épuise le nombre.

Kolidoro Diallo pour kibanyiguinee.info

Facebook Comments